Les actualités brandtech du mois de mai – spécial Covid-19

Home Blends & Trends 4 mai 2020

Chez fifty-five, une partie importante de notre métier consiste à former nos clients, et à leur expliquer les dernières tendances et les nouveautés qui bouleversent le monde du marketing et de la publicité. Nous souhaitons donc vous aider à profiter de cette parenthèse pour réfléchir aux enjeux de nos métiers, approfondir votre culture digitale, continuer à vous former… et vous changer les idées.

Ce mois-ci, nous continuons de réunir pour vous les contenus ayant retenu notre attention et décryptant sous différents angles les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus sur notre écosystème.

Alors après un mois de confinement, quels sont les impacts sur l’utilisation de nos données, les GAFA, les plateformes audio et SVOD, les marques, ou encore nos habitudes de consommation ? 

La donnée au service de la lutte contre le coronavirus

Quelle utilisation des données pour répondre au coronavirus, tout en respectant la vie privée ? C’est la question que se posent gouvernements et entreprises à travers le monde, à la recherche du bon équilibre. Données des opérateurs, données GPS des téléphones, signaux Bluetooth, informations médicales… Différentes solutions basées sur la donnée sont proposées, pour différents usages : de l’identification des personnes atteintes du virus afin de ralentir sa progression, à l’utilisation des données pour la recherche médicale et tenter de prédire l’évolution de la pandémie. Aux Etats-Unis, Apple et Google comptent ainsi s’allier pour lancer un traçage mondial de la contamination. Basée sur la technologie de « contact tracing » et soucieuse de respecter le RGPD, cette solution fonctionnera sur la base du volontariat et grâce aux données Bluetooth, à l’instar de l’application française StopCovid

En savoir plus sur France Culture ou dans Les Echos.

Comment consomme-t-on à l’heure du confinement ? 

La crise actuelle rebat les cartes de consommation, faisant la part belle aux produits de première nécessité (alimentation, hygiène) et reléguant le moins utile à plus tard. Confinés, nos habitudes de consommation se synchronisent, de plus en plus en ligne et en délaissant des pans entiers de l’économie (le voyage et l’hospitalité sans surprise, mais aussi la mode par exemple).

Une enquête McKinsey analyse ces tendances, et le rapport entre le moral général des citoyens et leurs modes de consommation. Alors que la moitié des Chinois et des Indiens sont optimistes quant à la reprise économique, les pays Européens sont les plus pessimistes. On observe alors une corrélation entre les dépenses des citoyens et leur niveau d’optimisme face à la crise. Mais au global, pas d’illusion chez les consommateurs : plus de 75 % estiment que le coronavirus aura un impact sur leur vie quotidienne pendant plus de 2 mois, et 50 % pendant plus de 4 mois. 

En savoir plus dans Stratégies, et découvrir l’étude complète de McKinsey ici.

La marketplace Google Shopping devient gratuite pour les commerçants

Face à la fermeture des magasins physiques, l’essor des achats en ligne en période de confinement représente une opportunité intéressante pour les commerçants, mais beaucoup n’en ont pas les moyens. Google a donc annoncé la gratuité de son service de shopping intégré pour aider les commerçants, une annonce bienvenue en cette période de crise. Le géant de Mountain View souhaite ainsi rendre la vente de produits en ligne accessible aux entreprises de toute taille… et se tailler une part du gâteau du e-commerce, alors que le boom actuel profite surtout à son rival Amazon. A noter que Google observe une croissance de 13 % de son chiffre d’affaires mondial au 1er trimestre malgré la crise, et pallie la baisse de ses revenus publicitaires grâce à la croissance de ses produits Cloud et YouTube

En savoir plus dans Stratégies et sur le blog post de Google.

SVOD et audio : « the show must go on » pour les plateformes de contenus

L’arrêt des trajets pour se rendre au travail ne freine pas l’essor des podcasts ! Là où la consommation de musique a baissé sur Deezer et Spotify, les plateformes de podcasts voient leur fréquentation augmenter, comme Majelan qui enregistre une hausse de 30 %. Malheureusement, les revenus ne sont pas au rendez-vous pour autant : le studio Nouvelles Écoutes annonce une chute de ses recettes publicitaires de 80 % et les activités de monétisation annexes sont en pause également. Mais l’industrie reste dans une dynamique positive, où l’heure est à l’acquisition de nouveaux auditeurs et à la création de nouvelles formes de partenariats comme le contrat d’édition exclusif entre Marabout (Hachette Livre) et Nouvelles Écoutes pour l’adaptation de livres audio. Le marché de l’édition en profite d’ailleurs pour accélérer sa transition vers le numérique avec une croissance impressionnante des e-books et livres audio : la Fnac enregistre ainsi une hausse de 130 % des ventes de livres électroniques.

En savoir plus dans Les Echos.

Côté SVOD, les plateformes sont sans aucun doute les grandes gagnantes de cette crise. Netflix a tout simplement explosé son record historique en bourse, avec une valorisation actuelle à près de 190 milliards de dollars. Mais le géant n’est pas seul : Disney+, qui a inauguré son offre en novembre et qui n’est disponible que dans 14 pays actuellement, a déjà dépassé les 50 millions d’abonnés, soit 30 % du volume des utilisateurs de Netflix à travers le monde. 

En savoir plus dans Les Echos

Marques : parler “vrai” en temps de crise

73 % de salariés âgés de 35 à 49 ans considèrent que les entreprises doivent se préoccuper de l’effet de leurs « actions sur l’environnement, leur harmonie sociale et l’épanouissement de leur personnel » et attendent des marques qu’elles s’engagent avec eux pour repenser le sens du bien commun.

Alors que la communication des marques se concentre sur les canaux digitaux, un nouveau terrain de jeu se dessine pour préserver le lien. En France, le message est clair de la part des consommateurs : communiquer oui, mais autrement ; c’est l’avis de 40 % d’entre eux. Dans ce contexte, la RSE des entreprises a le vent en poupe. Les marques se confrontent à leur impact économique, écologique mais aussi sociétal sur le monde, et affirment d’un côté leurs engagements de manière plus forte, mais aussi leur raison d’être comme nouveau pilier principal de leur communication.

En savoir plus dans Stratégies, Les Echos, et sur Think with Google.

Les grands évènements tech s’organisent à distance

La plupart des grandes entreprises de la tech l’ont annoncé : elles n’organiseront pas d’événements physiques avant un long moment. Microsoft a ouvert la voie, en annonçant le 7 avril dernier que tous ses évènements internes et externes se feraient en ligne uniquement… et ce jusqu’à juillet 2021 ! Facebook lui a emboîté le pas et annoncé via un post de Mark Zuckerberg que tous ses évènements de plus de 50 personnes se tiendraient également à distance jusqu’à juin 2021. Les géants de la tech doivent alors s’organiser pour pour transformer leurs grand-messes annuelles en rendez-vous 100% digitaux, comme l’a fait Adobe pour son Adobe Summit 2020 qui devait se tenir à Las Vegas du 31 mars au 2 avril dernier. 

En savoir plus dans Stratégies.

Vous reprendrez bien une tasse de thé ?