Les actualités brandtech du mois – novembre 2020

Home Blends & Trends 1 décembre 2020

Chaque mois, découvrez les actualités et tendances à ne pas manquer pour tout savoir sur l’écosystème brandtech.

Chaque mois, découvrez les actualités et tendances à ne pas manquer pour tout savoir sur l’écosystème brandtech.

Le nouveau réseau de télévision linéaire de Netflix serait-il un moyen de conquérir le marché publicitaire ? L’ adtech fait face à une seconde vague moins dévastatrice,  les chantiers de 2021 pour le secteur des technologies publicitaires ressemblent aux 12 travaux d’Hercule, Google et les médias français ont enfin trouvé un accord sur les droits voisins, les dépenses sur le marché du cloud grimpent suite à la crise, et le Black Friday 2020 est décalé en France pour le plus grand bien des petits commerçants… mais surtout d’Amazon. Découvrez notre sélection du mois de novembre !

Netflix à la conquête du marché publicitaire ?

D’un côté, les chaînes de télévision progressent dans le monde de la VOD pour concurrencer Netflix. De l’autre, la plateforme de streaming opère un changement de stratégie en lançant une nouvelle fonctionnalité sur le marché français : un réseau de télévision linéaire, appelé Direct, qui propose des émissions de télévision programmées.
L’objectif semble être de faire gagner du temps aux utilisateurs, mais également de conquérir l’audience, encore très importante, de la télévision. Cela pourrait également ouvrir les portes du marché publicitaire au géant américain. Pour le moment, ce dernier se contente de diffuser de la publicité sur les réseaux de télévision traditionnels pour la sortie de ses programmes phares. Avec cette nouvelle fonctionnalité, rien n’empêche Netflix de mettre des annonces publicitaires avant ou après le programme télévisé disponible sur Direct, permettant à termes de diversifier ses revenus.

En savoir plus sur Mediapost.

Une seconde vague moins dévastatrice pour l’Adtech 

Le premier confinement a bouleversé le marché publicitaire avec une baisse d’activité et une accélération de la fracture entre le numérique et les canaux plus traditionnels. Néanmoins, lors de ce second confinement, seulement 10 à 30 % des campagnes ont été interrompues. Mieux préparées, les entreprises ont en effet pu maintenir leurs activités en physique ou en ligne. La publicité permet alors de garder une proximité entre l’entreprise et le consommateur, via différents canaux de communication. L’arrivée des fêtes de fin d’année semble être le dernier moment pour accélérer la diffusion de messages publicitaires. En revanche, certains secteurs n’ont pas pu revoir leurs stratégies publicitaires, notamment le tourisme ou l’automobile, qui restent en difficulté sur ce dernier trimestre. Il en va de même pour les publicités OOH (Out Of Home) qui ont souffert d’une absence de mobilité. 

En savoir plus sur Stratégies et Influencia.

Quels seront les tendances et défis qui vont rythmer le marché de l’adtech en 2021 ?

De nombreuses innovations semblent voir le jour dans les mois à venir : la 5G ou encore les nouvelles recommandations de la CNIL, qui entrent en vigueur en mars prochain. Une chose est sûre, le sujet majeur de 2021 sera la fin imminente des cookies tiers sur Google Chrome. À partir de janvier, il restera une année de réflexion sur le monde post- cookie afin de repenser sa stratégie publicitaire. Beaucoup de défis sont à prévoir : la disparition des cookies-tiers et la fin de l’IDFA (Identifier For Advertisers) d’Apple vont perturber les stratégies de ciblage et de targeting actuelles ; la collecte de données va devenir plus compliquée, amenant le retargeting à devoir se réinventer et le digital à s’adapter ; les enjeux liés à la transparence et la privacy seront à placer au cœur des stratégies. Si les entreprises veulent contrer la disparition des cookies tiers, elles vont ainsi devoir revoir leur utilisation des  données first-party. Voilà un chantier assez conséquent pour les acteurs du marché publicitaire, qui peine à se relever de la crise sanitaire. 

En savoir plus sur La Réclame.

Droit voisin : un accord a été trouvé entre Google et plusieurs médias français

Après plusieurs mois de négociations, Google et plusieurs médias français se sont accordés sur la rémunération des droits voisins, soit la reprise d’extraits d’articles. Voté et transposé depuis 2019 en France, c’est après l’intervention de l’Autorité de la Concurrence obligeant Google à faire preuve de « bonne foi » que l’accord a pu être trouvé : Google rémunérera les droits d’auteurs des publications en ligne répertoriées sur son moteur de recherche principal et sa section news. Un grand pas pour les éditeurs de contenus, alors que de nouvelles négociations avec les autres plateformes de diffusion de contenu comme Twitter ou Facebook, vont sûrement voir le jour. 

En savoir plus sur Le Monde.

Le marché du cloud pourrait dépasser les 300 milliards en 2021 

L’année 2020 a connu bien des bouleversements, notamment par une accélération des usages numériques au sein des entreprises et une augmentation du travail à distance. Résultat ? Les dépenses dans les services de cloud progresseraient en valeur de 18,4 %, atteignant 304,9 milliards de dollars en 2021, contre 257,5 milliards de dollars en 2020, selon le cabinet Gartner.
Investir dans le cloud permettrait aux entreprises de relancer leurs activités, impactées par la crise sanitaire. Proposer une infrastructure d’applications devient crucial pour les entreprises qui souhaitent permettre à leurs collaborateurs de travailler de chez eux aussi efficacement qu’au bureau, notamment via des solutions SaaS ou PaaS. Une croissance qui renforce la position dominante des géants du cloud comme Amazon, Microsoft, Oracle ou encore Google.

En savoir plus sur L’Usine Nouvelle et Silicon.

Black Friday 2020 : la fracture entre commerce physique et e-commerce se renforce

Rouvrir les commerces dit « non essentiels » et interdire le Black Friday. Voilà la demande des commerçants français exprimée début novembre. Les conséquences de ce second confinement mettent une nouvelle fois en lumière les inégalités entre commerces traditionnels et e-commerce. Le Black Friday avait rapporté un chiffre d’affaires de 6 milliards en 2019, dont 80 % des revenus pour les commerces physiques, selon Bercy. Une opération non négligeable pour limiter les pertes liées aux confinements avant la fin d’année. Dans l’impossibilité d’interdire une opération promotionnelle de l’ordre du privé, celle-ci a alors été reportée après discussions entre les petits commerçants et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, en concertation avec Amazon. Ce dernier a ainsi reporté le Black Friday sur son site français (laissant les autres filiales européennes vendre à prix réduit comme initialement prévu le 27 novembre). 

En savoir plus sur Le Monde et Stratégies

Vous reprendrez bien une tasse de thé ?